Conception

20 octobre 2007

Bienvenue

Salut à tous et bienvenue sur mon nouveau blog, sur lequel vous pourrez trouver une partie du travail de développement de mes projets, des extraits d'histoires et les concept graphiques (personnages, armures, lieux et paysages) qui les accompagnent, ainsi que des travaux de fac. Toute critique constructive est la bienvenue.

Bonne visite. ;)

(ATTENTION: le contenu parfois érotique ou pornographique de ce blog ne convient pas aux enfants. Mais c'est artistique, donc vous êtes prévenus ^^)

Posté par Ekba à 13:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Premier texte

Un extrait de l'histoire que je suis en train d'écrire. J'en suis à la page 40 du manuscrit et je cherche un bon dessinateur/coloriste qui serait interéssé pour adapter cette histoire en BD au fur et à mesure.

Ce texte n'est que le second jet et doit encore subir de nombreuses modifications. Il ne donne qu'un aperçu de l'histoire.

CHAPITRE I

 

Olgaran

 

 

 « Ô toi grande Déesse Miyrwin, Puissance des Puissances, Reine des Milles Royaumes, accèpte cette chair et ce sang en offrande et innonde notre terre de ta magie ! »

 

 Le Haut Prêtre de la cité d'Olgaran se tenait debout, mains tendues en avant, au centre du Puit de Sang, sur une plateforme reliée au bord par un petit pont de pierre. A ses mots, l'Eau Rouge du puit se mit à scintiller et plongea bientôt la salle des Offrandes dans une lumière rouge et vive qui prenait le dessus sur les torches accrochées aux murs et aux colonnes. Le Haut Prêtre abaissa les bras et ordonna par ce geste aux six autres prêtres de Miyrwin, vêtus de longues robes rouges, et disposés à intervalle réguliers autour du puit, de tirer sur les leviers se trouvant devant eux. Des grincements résonnèrent dans la salle de pierre, poulies et rouages s'activaient, et par un système de balancier les grandes planches de bois tachées de sang plus ou moins vieux sur lesquelles reposaient des cadavres basculèrent, et les corps glissèrent dans l'eau. Parmis ces cadavres se trouvaient des habitants morts de vieillesse ou de maladie, des guerriers tombés au combat et des prisonniers torturés jusqu'à la mort, au corps presque squelettique et couvert de blessures. Il était temps désormais pour eux de rendre leur âme à la Déesse Miyrwin, maîtresse des Royaumes du Chaos.

Les corps glissèrent dans l'eau brillante, et un tourbillon les emporta vers les profondeurs du puit. Nul ne savait jusqu'où il pénétrait dans le sol, et certains pensaient même qu'il s'étendait jusqu'au centre du monde. Quand le tourbillon cessa, l'eau reprit son aspect habituel, rouge et profonde. Le Haut Prêtre se retourna et rejoignit le bord en empruntant le petit pont de pierre. Il commença à faire le tour du puit en marchant lentement, et en passant à côté de chaque prêtre qui commencèrent à le suivre en procession, muni chacun d'un encensoire qu'ils balançaient de droite à gauche en psalmodiant des prières à la gloire de Miyrwin. Sur leur robe était brodé en fil d'or l'emblême de SelToht, Seigneur d'Olgaran, que l'on retrouvait également sur les tapisseries rouges suspendues aux murs de la salle. Après un tour complet du puit, il passèrent sous une arcade et traversèrent la nef du temple où s'étaient réunies les familles et connaissances des défunts, qui s'agenouillèrent ou baissèrent la tête à leur passage. Tous suivirent les prêtres qui quittèrent le temple.


Quelques minutes plus tard, alors que seul le crépitement des torches se faisait entendre dans le temple vide, l'Eau Rouge du puit s'anima à nouveau, s'illumina, et des bulles vinrent crever à sa surface: quelqu'un provenant du monde des esprits arrivait.

Saaya transperça la surface de l'eau comme pour s'en échapper, puis nagea rapidement jusqu'au bord de pierre. Elle s'extirpa du liquide qui semblait vouloir la retenir, et une fois sur la terre ferme, suffoqua quelques secondes avant de dégurgiter autant d'eau que ses poumons pouvaient en contenir. Car pour voyager d'un monde à l'autre il fallait, après avoir traversé un des ponts enjambant les Rivière des Âmes, que l'Eau Rouge emplissent entièrement de force le corps du voyageur, vivant ou mort, pour permettre le transfert. Ceci signifiait également que les vivants devaient supporter une douleur atroce et impérativement rester conscient pour ne pas mourir noyé et pouvoir sortir du puit rapidement, sans quoi ils se feraient à nouveau aspirer dans ses profondeurs.

Saaya resta inconsciente plusieurs minutes. Nue et étendue sur le sol dallé, nul doute qu'elle n'aurait pas survécu longtemps si la pièce ne fut vide. Nue en effet, car les Puits de Sang ne permettent pas le transfert de matière non organique ou qui ne fut, à un moment ou à un autre, vivant. En fait, seule la matière pouvant être consommée par la déesse pouvait traverser les puits. A chaque voyage, Saaya se retrouvait donc sans vêtement et pire: sans arme. Evanouhie sur le sol froid, elle était sans défense. Sa longue chevelure noire, nouée en nattes et en tresses humides et collantes, s'étalait sur tout son dos jusqu'à la naisance de sa queue noire. Un courant d'air fit frissonner sa peau verte et mouillée, ce qui la fit sortir de sa torpeur. S'appuyant sur les pierres qui constituaient le socle d'une des plaques de bois sur laquelle reposait il y a peu les morts, elle se releva avec difficulté et tremblante. Debout, elle ne devait pas dépaser le mètre soixante, ce qui est une taille plutôt ridicule pour un Démon... pour un Gobelin à la limite. Mais en réalité, elle n'appartenait ni a l'une ni à l'autre de ces races. Elle dressa ses oreilles pointues comme le ferait un animal aux aguets et écouta attentivement le silence à la recherche de tout son pouvant signaler un quelconque danger. Puis elle regarda où elle avait aterri.

La salle était d'une assez grande dimension, avec en son centre le Puit de Sang, d'une vingtaine de mètres de diamètre. Tout était fait de pierre taillée et sculptée, de couleur ocre jaune, à l'exception des plaques de bois, des leviers, des mécanismes et des tapisseries ornant les murs. De forme octogonale, elle était dotée de nombreuses colonnes sculptées en racine – comme il était courant de représenter Miyrwin – donnant au lieu un aspect reptilien, comme si des dizaines de serpents s'enroulaient autour des colonnes. De nombreuses torches éclairaient la pièce, et leur odeur âcre ne parvenait pas à couvrir l'odeur de mort qui y regnait. Sur sept des murs, des tapisseries rouges brodées d'un symbole d'or firent savoir à Saaya qu'elle n'était jamais venue sur ce monde, car elle ne se souvenait pas d'un tel symbole. Le huitième mur était percé d'une sortie surmontée d'une arche donnant sur une autre pièce.

Saaya se concentra un instant et les scarifications finement gravées dans la chair de ses épaules et de ses bras s'illuminèrent d'une couleur de feu. Un flot de chaleur envahit son corps et bientôt, sa peau et ses cheveux furent complètement secs. Ce pouvoir, elle pouvait également s'en servir pour se défendre contre quelconque agresseur au sortir du puit, bien qu'il eût fallu qu'elle soit consciente pour l'utiliser. Saaya regarda en direction d'une colonne au pied de laquelle un sac venait d'apparaître comme par magie (en réalité c'était bien de la magie qui était à l'origine de cette apparation). Elle s'accroupit à côté et l'ouvrit, puis en sortit tout ce qu'il contenait: un maillot pour couvrir sa poitrine, en cuir brun avec des lanières pour l'attacher autour du cou, un slip de peau, également de cuir brun, noué sur le côté par un anneau doré, des bottes de cuir, un manteau léger noir à capuchon, une dague dans son fourreau, une bourse remplie de pièces et une étrange poupée à l'effigie d'un lutin. Saaya enfila les vêtements, attacha la dague sur sa jambe droite à l'intérieur de la botte, et remit la bourse dans le sac. Elle ramassa la poupée et, la tenant dans la paume de sa main, murmura:

« Vlad, si tu es là, montre toi. » Mais rien ne se produisit. « Etrange... »

Elle enfouit la poupée dans le sac en bandoulière et sorit furtivement du temple en prenant soin de ne pas être vue.

Posté par Ekba à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Saaya

Voici le premier concept de Saaya, en couleur.

Saaya01

Posté par Ekba à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2007

Concept 2

Visuel de Saaya à son arrivée sur Olgaran, sans le manteau.

Saaya02

NOTE: ces dessins ne sont que des essais et des recherches, donc ne vous étonnez pas si des détails changent où si les personnages ne se ressemblent pas d'un dessin à l'autre. En fait je me base plutôt sur des caractéristiques globales pour identifier les personnages. Par exemple pour Saaya: yeux noirs, longs cheveux noirs, peau verte, oreilles pointues, queue noire.

Posté par Ekba à 18:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Suite du texte

Olgaran était une grande cité fortifiée ayant résisté aux assauts du temps et de ses ennemis, éclairée par des révèrbères surmontés de boules de verres remplies d'Eau Rouge. Un tel système d'éclairage, utilisant à la fois un système de drainage de l'eau et la magie qui la faisait luire, prouvait que ce monde était assez développé (c'est à dire qu'il n'était pas composé uniquement de barbares qui passaient leur temps à piller, voler, violer, boire et manger).

Après avoir erré dans les rues de la cité, Saaya entra dans ce qui semblait être une taverne ou une auberge (même le plus illettré des démons pouvait reconnaître la choppe de bière sur l'enseigne). L'odeur nauséabonde des démons et autres créatures présentes emplit ses narines, mais c'était un désagrément qu'elle avait appris à surmonter. A son entrée, tous s'étaient tus et la regardaient avec insistance, mais ils étaient bien loin de pouvoir deviner la véritable nature de cet être. Si elle avait été à peine plus petite et si elle ne marchait pas en se tenant parfaitement droit, avec sa peau verte, on aurait pu la confondre avec un gobelin, ce qui n'aurait pas été très commode pour elle, étant donné que massacrer des gobelins était le passe-temps favori de la plupart des races. Par chance donc ils virent que ce n'était pas un gobelin. Sous son capuchon noir, Saaya pouvait passer pour un simple voyageur venant de lointaines contrées.  Elle marcha tout droit en direction d'une table libre au fond de la pièce, dans un coin ombre à l'écart des autres. Une jolie démone – d'un point de vue de démon bien sûr – vint prendre sa commande.

« Une choppe de bière ira parfaitement... hé, dites, vous avez des chambres libres ?

  • Bien sûr. Voyez avec le patron au comptoir, le gros snalok là-bas.

  • Merci. »

La serveuse alla remplir une choppe au robinet d'un tonneau entreposé derrière le comptoir, et elle l'apporta, dégoulinante de mousse, et la posa lourdement sur la table de bois avec un bruit sourd, puis s'en retourna s'occuper d'autres clients. Saaya but à petites gorgées et sombra bientôt dans ses pensées.

« Vlad n'est toujours pas apparu, se dit-elle. Cela m'inquiète de plus en plus et ne peux pas agir ou repartir sans sa décision. »

 Saaya n'avait pas remarqué le grand erling qui venait d'entrer. Un guerrier visiblement, fort et vêtu simplement d'une cotte de maille recouverte d'une chemise de lin brune, d'un pantalon de cuir et de bottes. Des parties métalliques venaient renforcer ses épaules, ses coudes et ses genoux. Il portait cape et épée et semblait très nerveux. Sa peau était ridiculement rose, comme tous ceux de sa race, ce qui était souvent cause de railleries, bien que les moqueurs découvrissent rapidement que la couleur de leur peau ne les empêchait pas de frapper fort.

Frapper, c'est justement ce que venait de faire l'erling, frapper du poing sur le comptoir, ce qui tira Saaya de ses pensées. Elle observa l'erling qui venait d'empoigner le patron par le col en vociférant des mots dans sa propre langue, ce qui ne facilitait pas la compréhension. Saaya connaissait ce visage, bien qu'elle ne l'eût pas revu depuis bien des années. Elle se leva et s'avança. L'erling était prêt à écraser son poing sur le gros nez du snalok alors que plusieurs démons s'étaient levés, prêts à en découdre. Mais Saaya arrêta le geste du bonhomme.

    « Tu ne devrais pas t'énerver comme ça mon ami. L'erling détourna un moment sa colère.

  • Et qui es-tu pour me dire ce que je dois faire ?!

 Saaya retira son capuchon et laissa découvrir son visage à son interlocuteur. Ses grands yeux noirs brillaient et un sourire s'esquissa sur ses lèvres.

  • Saaya ?

  • Oui c'est bien moi, Irgorn du clan Erlod, mon vieil ami.

Irgorn relâcha le col du patron qui commençait à étouffer et prit Saaya dans ses bras. Il la souleva facilement à plusieurs centimètres du sol et la serra contre lui avant de la reposer.

  • Mais que fais-tu donc ici ? Tu es venue par...

  • Chut ! fit Saaya. J'ai suivi la même route que toi. »

Saaya avait rencontré Irgorn sur un autre monde bien des années auparavant, et elle se doutait bien qu'il était arrivé ici par le puit. Mais la plupart des gens considèrent ce voyage comme un sacrilège et l'imprudence d'Irgorn faillit bien révéler leur secret. Saaya lui retourna sa question alors qu'ils allaient s'asseoir à une table. Ils n'avaient pas remarqué le patron chuchotter quelque chose à un démon qui sortit immédiatement après, l'air pressé.

« Je suis ici pour affaire, répondit Irgorn. Je travaille pour SelToht, le Seigneur de ces terres. Il me paye bien pour obtenir des objets et des renseignements 'd'ailleurs'. Mais c'est un secret (il se mit à murmurer encore plus bas). Personne ne doit savoir que le Seigneur lui-même autorise un simple démon comme moi à traverser le puit...

  • Ce SelThot ne semble pas être un fanatique de Miyrwin comme les autres... »

 Sur ces mots, une patrouille de la garde entra dans l'établissement, alertée par le démon envoyé par le snalok. Ils échangèrent quelques mots et le patron désigna Irgorn du doigt, en remettant de l'autre main une bourse de cuir à l'un des gardes.

« Hoho, ramasse tes affaires, on s'en va.

  • Mais...

  • Vite !

 Irgorn se leva et courut en direction des escaliers de bois menant à l'étage, aux chambres. Saaya m'imita.

  • Stop ! Vous êtes en état d'arrestation ! Allez vous autres, rattrappez-les !

 Les trois autres gardes s'élancèrent à leur poursuite.

  • Irgorn, donne moi ta cape ! »

Saaya se saisit de la cape de son ami et la lança dans les escaliers sur les gardes qui montaient. Ceux-ci s'empêtrèrent dedans et tombèrent à la renverse les uns sur les autres dans un fracas de métal et de cris de douleur. A l'étage, le couloir qui formait un angle droit ne comportait aucune fenêtre ou porte donnant sur l'extérieur. Irgorn entreprit donc d'enfoncer la porte de l'une des chambres, qui se trouvait être occupée par une prostituée (facilement identifiable à la marque qu'elle portait sur l'épaule) à peau bleue chevauchant avec vigueur un gros démon tentaculaire à l'air stupide et satisfait. Sans y prêter trop d'attention, ils travèrsèrent la chambre en direction de la fenêtre. Ils entendaient derrière eux le bruit des gardes qui s'étaient relevés et qui remontaient l'escalier aussi vite que le permettait leurs armures.

Irgorn hésita un moment puis sauta par la fenêtre, qui n'était heureusement pas très haute, un peu aidé par Saaya, qui sauta à son tour au moment où les gardes entrèrent dans la pièce. Ceux-ci s'approchèrent de la fenêtre mais décidèrent finalement qu'ils n'étaient pas assez payés pour sauter en armure du premier étage. L'un des gardes cependant reconnut la prostituée, qui était en réalité un démon cannibale qui dévorait les victimes qu'elle attirait dans son lit, et ils l'arrêtèrent, bien qu'elle se debattit en protestant.


Au dehors, Irgorn se remettait non sans peinede sa chute: une mauvaise réception semblait lui avoir brisé la cheville, bien que pour un démon ce n'était pas une blessure grave. Saaya, bien plus agile et plus légère, avait atterri sans difficulté, presque avec grâce.

« Et maintenant, où va-t-on ? demanda Saaya.

  • Chez le Seigneur SelThot.

  • Quoi ? Mais ce sont ses gardes qui ont essayé de nous arrêter à l'instant, non ?

  • Ils sont corrompus, et le petit secret entre lui et moi me donne un certain avantage. Il me doit une faveur. »

 Ils s'enfoncèrent tous les deux dans l'obscurité d'une ruelle, Irgorn boitant à cause de sa cheville, en direction du château de SelThot, huitième fils de la Dynastie Thot.

La cité d'Olgaran était composée d'une multitude de ruelles et d'axes plus importants, et seules les grandes routes étaient éclairées la nuit. Les bâtiments, hauts de deux à trois étages, étaient pour la plupart faits de bois et de pierre grise, surmontés de toits de chaume. La population qui y vivant semblait ne pas avoir connu de grande guerre depuis un certain temps, mais nul doute que les batailles se déroulaient ailleurs. La guerre est une tradition sur la plupart des Royaumes du Chaos, les morts permettent de satisfaire Miyrwin. Bien que depuis les temps plus anciens des sociétés se soient constituées là où avant il n'y avait que barbares, les Seigneurs et les nombreux clans continuaient de s'affronter au nom de la même Déesse.

Les grandes cités comme Olgaran étaient toutes construites autour d'un Puit de Sang, situé au coeur de la ville. Certains peuples errigeaient d'immenses monuments autour des puits, d'autres les laissaient à leur état naturel. Le temple d'Olgaran n'était pas très impressionnant de par sa taille, ni de par sa beauté architecturale, mais il n'était pas fait de la même pierre que les autres bâtisses, ce qui le détachait de la masse et lui donnait de l'importance. Tous les grands axes menaient au temple, et si un dragon eût passé au dessus de la ville, il eût pu voir une étoile à huit branches teintées de rouge avec, en son centre, le temple. Au nord et au sud, les voies partant du temple débouchaient sur les portes de la ville, encadrées de deux tours de garde et d'un pont-levis enjambant les douves. Tout le terrain avait été modifié de façon à placer la ville sur une colline, pour lui permettre de surplomber tout le territoire alentour et de voir arriver les ennemis de loin. Ceci était l'oeuvre d'IbrharToht, premier roi de la Dynastie Thot, mort il y a huit cent ans. En plus des douves, deux remparts avaient été errigés tout autour de la cité, et de nombreuses tours de garde la défendaient.

Le château de SelThot quant à lui s'élevait à l'est de la ville, sur une butte. Il était constitué de trois ailes, ouest, nord et sud. A l'est, entre les ailes nord et sud, une arène était construite, de forme circulaire, à l'intérieur même de l'enceinte du château. Le Seigneur SelThot aimait organiser des tournois réunissant les meilleurs combattants des contrées voisine, ce qui donnait lieu à de grandes fêtes pour le plus grand plaisir des gens de la cité et des visiteurs.

Posté par Ekba à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 novembre 2007

hors sujet

Un chtit fanart de Guild Wars:


gw_fanart

Et un concept d'armure:


gw_armorconcept01

Humour: (cliquez pour agrandir)

gw_parodie

Et c'est bientôt Noel après tout:


gw_fanart_reine_des_glaces

Une signature:


signature_luna

Un concept d'armure pour necro:

gw_fanart_necro

Posté par Ekba à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2007

Concept d'armure (croquis)

necro


envouteuse


envouteuse

envouteuse

Posté par Ekba à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2008

Bonne année !

Commencé en 2007, voici ma première illustration de 2008, en espérant faire de mieux en mieux...


envouteuse

envouteuse_details

Posté par Ekba à 20:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2008

Tamada le Génie

Voila le concept de la tête de Tamada, le Génie. Le reste va suivre.


tamada_tete

La suite:


tamada_poupee

Bon, voilà le dos de Tamada où sont gravées les runes magiques. Les mots "esprit" et "Tamada" sont liés au mot "Saaya". L'esprit est donc lié à la poupée, elle-même liée à Saaya. La portée de l'enchantement est d'une centaine de mètres pour la poupée, et d'environ 500 mètres pour l'esprit. Autrement dit l'esprit se trouve toujours à au moins 500 mètres de la poupée, sinon l'enchantement est brisé et il disparaît. Si Saaya s'éloigne de plus de 100 mètres de la poupée, celle-ci se matérialise sur sa position (c'est d'ailleurs le but, puisque Saaya voyage entre les mondes, mais la poupée ne peut pas, elle n'est pas faite de matière organique - faudra voir la prochaine série de concept sur les Puits de Sang permettant de voyager entre les mondes^^). Si quelque chose l'en empêche (une barrière magique par exemple), l'enchantement est brisé et la poupée n'est plus liée à Saaya.


tamada_runes

Lorsque l'esprit de Tamada prend possession de la poupée, ses yeux d'illuminent:


tamada_possession

Voici comment Saaya voit le Génie dans sa forme spirituelle (la projection de son corps réel):


tamada_tete_esprit

Tamada flotte dans les airs, il n'a donc pas besoin de jambes. J'ai essayé de les remplacer par quelque chose de dynamiques, des bandelettes qui flottent. La traditionnelle "queue de Génie", comme dans Aladdin par exemple, ne donnait vraiment rien de bon.

tamada_entier_esprit

Posté par Ekba à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2008

Bannière pour forum

banni_re_artdi

banni_re_forum

Posté par Ekba à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]